Les premiers bougeons du printemps sont de sortie sur le muscat

Éclosion d’un bourgeon de muscat | © alain marquina photo

 

Entre tradition et modernité

 

Prise de vue après sélection des grappes de Syrah, dites vendanges en vert.

Vendanges en vert sur Syrah

A sa création le vignoble est constitué de cépages rouges et blancs méridionaux vinifiés au domaine pour la vermoutherie et le négoce. Tout au long du XXème siècle, le muscat à petit grain devient prédominant, c’est l’époque florissante du Muscat de Frontignan.

En 1987, le vignoble est exclusivement planté en muscat.

Très vite la nécessité se fait sentir de créer une gamme : c’est ainsi qu’en 1990, le Muscat sec est produit, un vin blanc aromatique et vif sans sucre résiduel, Fleur de Muscat, un moelleux légèrement doux puis Lumière d’Automne, une vendange sûrmurie élevée en barrique…

En 2000, de nouveaux cépages sont plantés, mourvèdre, syrah, grenache, cinsault en vue d’élaborer un vin rouge de garde à haute expression élevé en fût. C’est ainsi que Kermès voit le jour en 2004, suivi de Garance, un vin puissant et fruité élevé en cuve, puis Lentisque, plus souple, sur le fruit.

 

Conversion à l’Agriculture Biologique

 

Le palissage de nos vignes dure quelques semaines au printemps, il est indispensable.

Palissage manuel de la Syrah | © alain marquina photo

En 2011, la totalité de nos parcelles, soit 14 hectares sont converties à l’Agriculture Biologique. Plantation d’autres cépages blancs, Roussane, Vermentino et Grenache blanc pour élaborer un nouveau vin blanc. La vigne est conduite en gobelet traditionnel prés du sol, complété depuis 2000 par un palissage qui augmente la surface foliaire pour optimiser la qualité des raisins.

Le sol est griffé pour contraindre les racines à descendre en profondeur afin de résister à la sécheresse. Au fil des années, une meilleure connaissance du sol vivant nous a fait renoncer à l’emploi de produits chimiques et de synthèse pour favoriser l’expression du terroir dans la vigne en harmonie avec son milieu. Ainsi les travaux manuels sont privilégiés, plus respectueux de la plante et du sol : plantation, greffage, taille, soin aux jeunes vignes, binage, vendanges…

 

Un acte écologique

 

Binage canadien sur parcelle de muscat bio, avec Frédéric Nodet à Stony.

Mézenc et Frédéric, après une matinée de binage | © alain marquina photo

Même le tracteur a fait un peu de place à Mézenc, cheval de trait comtois pour cultiver prochainement certaines parcelles de vignes étroites et âgées et aussi transporter lors des vendanges, les caisses de raisins.